De nombreux outils existent pour tester la vitesse de chargement de nos pages web et trouver les points bloquants, mais la plupart sont assez lourds à mettre en action. L'outil que je vais vous présenter aujourd'hui démarre d'un simple clic sur un signet : découvrez Perfmap.

Testez vos pages sans efforts avec Perfmap

Perfmap est un outil très simple : appelez le et il viendra colorer chaque image de votre page en fonction de son temps de chargement. 

À vous ensuite de voir les points bloquants (rouge) de votre page, et d'optimiser le chargement pour que votre contenu prioritaire soit chargé le plus vite possible.

Trouvez un webdesigner disponible

Trouvez gratuitement le prochain talent qui réalisera votre projet ou rejoindra votre équipe.

Comme vous pouvez le voir, nous sommes ici loin de la puissance d'un GTMetrix, mais la lourdeur d'utilisation n'est pas non plus la même : pas besoin d'ouvrir une nouvelle fenêtre, pas de temps d'attente, pas besoin de décrypter la page de résultat. Tout est rapide, directement visible et compréhensible.

Installation

Perfmap se présent sous la forme d'une extension chrome et d'un bookmarklet, vous avez donc le choix de la metrode d'installation : passez par le gestionnaire de plugins de chrome, où mette simplement le bookmarklet (que vous trouverez sur la page Github du projet) dans votre barre de signet. 

Il ne vous reste plus qu'à charger la page que vous voulez tester et lancer le script.

Mon avis

Perfmap est un petit script bien sympathique de par son utilisation "a chaud". Tester un site prend le temps d'un clic, et le résultat est limpide : couleurs, temps nécessaire à chaque image pour l'afficher. De plus, le dépôt Github est assez actif, ce qui me fait penser que l'outil va s'améliorer sur les jours à venir.

Néanmoins, Perfmap ne remplace pas non plus les outils plus aboutis, comme GTMetrix pour ne citer que lui. Tout d'abord car il ne cible que les images, mais aussi car il ne donne absolument aucun conseil pour régler les éventuels problèmes. À réserver pour un usage de surface donc.