Aujourd'hui le BlogDuWebdesign vous propose de découvrir Jarvis, un plugin webpack permettant d'obtenir un dashboard de toute beauté.

Un joli dashboard pour Webpack

Webpack est une ressource quasi indispensable dans le monde du développement d'applications web actuel, mais le moins que l'on puisse dire est qu'elle n'est pas très simple d'accès.

Complexe à comprendre, complexe à installer, son usage même n'est pas simplifiée par l'absence d'un dashboard conviviale et ne demandant pas l'usage de la console. (Ci-dessous un exemple du flux d'information normal webpack)

Trouvez un webdesigner disponible

Trouvez gratuitement le prochain talent qui réalisera votre projet ou rejoindra votre équipe.

Heureusement pour les allergiques à la console, il existe quelques rares dashboards pour Webpack, comme par exemple Jarvis, le plus récent d'entre eux.

Jarvis est joli, comme vous pouvez vous en rendre compte sur le screen précédent, et permet d'avoir une bonne vision des différentes erreurs remontée par eslint ou lors de la compilation de vos assets. En outre, il semble assez simple à modifier pour personnaliser ou ajouter les modules de son choix.

Installation

L'installation de Jarvis est malheureusement bien plus complexe que nécessaire, la faute à une documentation plus que lacunaire.

Tout d'abord, Jarvis ne fonctionnera que pour un projet tournant avec webpack-dev-server. Si c'est le cas, commencez par installer jarvis

$ yarn add webpack-jarvis --dev

Une fois que cela est fait, modifiez votre conf webpack tel qu'indiqué dans la documentation.

const Jarvis = require('webpack-jarvis');

/* the rest of your webpack configs */

plugins: [
    new Jarvis({
      port: 1337 // optional: set a port
    })
]

Ensuite dans votre package.json, remplacez votre ligne de démarrage de l'environnement de dev par :

$ NODE_ENV=development jarvis --dev

Enfin, vous pouvez ouvrir votre lavigateur a l'adresse http://localhost:1337 et savourer votre victoire !

Note : Ces informations sont bonne pour la version 0.2.2 de Jarvis, un Node 6.9.0 et Archlinux. Vu l'aspect beta de la ressource, je ne doute pas que ces instruction soit ammenée à changer dans très peu de temps.