Aujourd'hui le BlogDuWebdesign vous propose d'essayer un nouvel éditeur de texte : Oni

Comme vous le savez, j'aime essayer des éditeurs de texte. Ne me demandez pas d'où vient cette passion, surtout qu'après une période de temps de finit toujours par retomber sur mon chouchou depuis de très longues années : Vim. 

Mon dernier essai a été sur l'éditeur Kakoune, très proche de Vim mais finalement assez sans intérêt ou gros avantage par rapport à lui, ce qui fait que je suis retourné sur mon chouchou. Un test un peu tiède, en définitive.

Aujourd'hui, je vous presente ma nouvelle cible : Oni, un front-end pour neoVim.

Vim ? NeoVim ?

Je ne présenterais pas plus l'éditeur Vim dans cet article car il a eu de trèèèèès nombreux articles sur le BlogDuWebdesign, que je vous encourage à lire pour en savoir plus.

Trouvez un webdesigner disponible

Trouvez gratuitement le prochain talent qui réalisera votre projet ou rejoindra votre équipe.

Pour ce qui est de neoVim, il s'agit d'un projet de réécriture complète de Vim, pour pallier la base de code vieillissant de ce dernier ainsi que la l'intolérance de son développeur principale.

Je n'entrerais pas dans le débat de si ce projet est une bonne idée ou par ici, j'ai là aussi fait un article sur le sujet. Notez que cet article date de 2015 et que le projet a bien évolué et été très actif depuis.

Maintenant que les bases sont posees, passons au sujet de l'article

Oni, le croisement entre Atom et neoVim

Oni n'est pas en réalité pas un éditeur, mais un front-end de Neovim. Cela veut dire d'une part qu'il ne peut pas fonctionner sans ce dernier, mais aussi qu'il sera forcément très proche de Vim. Votre configuration, vos plugins, tout est déjà compatible, et ça c'est beau.

L'objectif d'Oni est de wrapper neovim dans une interface en mode IDE inspirée d'Atom, entièrement faites en React + Électron. Pour des développeurs Web, l'avantage évident est qu'il est possible de modifier et faire évoluer cette interface selon nos envies.

Je ne peux pas vous en dire plus, si ce n'est que l'installation sur Archlinux s'est déroulée sans la moindre difficulté, et qu'il existe des installateurs pour Windows et Mac. Mon seul problème a été que mon .vimrc n'était pas pris en compte, mais cela se configure sans difficulté dans les fichiers de configuration d'Oni.

Attention cependant, le projet est très actif et donc par forcément stable. Personnellement, je ne compte pas l'utiliser comme éditeur principal sur ma projette professionnelle actuelle, mais uniquement pour mes projets perso dans un premier temps. Si vous avez tendance à faire de la tachycardie lorsque vos logiciels bugs, je vous conseille de faire de même.

Oni – Bountysource

Pour ceux qui veulent aider Oni à avancer, sachez qu'il existe un bountysource pour ce dernier, pour aider au développement de Oni ET de neovim.