Aujourd’hui, le Blog du Webdesign a essayé pour vous Ghost, un nouveau CMS en Node.js, attendu depuis longtemps.

Hier est enfin sorti Ghost, la nouvelle plateforme de blogging, qui fait beaucoup parler d’elle depuis son opération Kickstarter très réussi. (Pour ceux qui ne connaîtraient pas, vous trouverez plus de renseignements dans un article dédié à la présentation de Ghost). Alors, les promesses sont-elles tenues ?

Ghost, plateforme de blogging très minimaliste

Suite à une installation très simple (la partie la plus complexe étant l’installation de NodeJs), mais demandant tout de même une connaissance basique de la ligne de commande, nous voilà face à notre blog, au thème de base pour le moins basique, sur lequel nous ne nous attarderons pas.

Regardons principalement l’administration, puisque c’est la partie la plus intéressante de tout CMS. Elle est ici très simple : une liste d’articles, une partie “Nouvel article”, et une partie pour éditer quelques options (titre du site, thème, et c’est à peu près tout). Cet aspect très simple et épuré est assez rafraîchissant : il est possible de voir le contenu des articles sans pour autant rentrer dedans, tout est très rapide, sans rechargement de pages.

Trouvez un webdesigner disponible

Trouvez gratuitement le prochain talent qui réalisera votre projet ou rejoindra votre équipe.

Bien que très basique, cette administration est agréable, grâce à de petits détails comme le support des raccourcis claviers (CTRL S pour sauver un article par exemple).

L’éditeur de texte et tout à fait a mon gout, et je pense que les plus réfractaires au Markdown verront l’avantage face à un WYSIWYG lourd : Tout est simple, à porté, et clair. Il reste néanmoins encore quelques points à optimiser au niveau de l’édition : J’imaginerais bien un menu proposant, lors de la sélection d’un texte, de le passer en gras, ou de le transformer une image ou en lien.

Petite remarque sur l’insertion de liens et d’images, théoriquement la chose la plus “compliqué” du markdown, qui se retrouve ici simplifiée : l’insertion d’un tag d’image vide créera une zone permettant de drag’n drop une image, qui sera automatiquement uploade sur le serveur.

Enfin, cette administration est entièrement responsive, et vraiment très agréable sur tablette. La version téléphone existe, mais je ne m’imagine pas écrire un article dessus. D’un autre côté, je ne m’imagine absolument pas écrire un article sur téléphone, quel que soit le CMS.

Conclusion

Ghost est un bon CMS : tout ce qu’il fait, il le fait bien, avec une interface qui pourrait servir d’exemple pour beaucoup de site en manière de CMS.

Son seul souci pour l’instant est justement ce nombre de fonctionnalités : Il n’est pas possible de consulter toutes les images depuis l’administration. Pire encore, le Dashboard que l’on nous avait promis n’est pas encore là, et j’ai vraiment ressenti son manque lors de mon test.

Néanmoins, j’ai vraiment apprécié son utilisation lors de mes tests, et il est à mon avis un cran au-dessus de WordPress au niveau administration. Je pense que nous entendrons beaucoup parler de Ghost ces prochains mois, alors qu’il rattrapera son retard en matière de fonctionnalités.